Lexique immo & bâtiment - Immo Concept

Lexique immobilier,
construction et bâtiment

Achat d'un bien ou d'un terrain

On appelle acte authentique de vente le document rédigé selon les formalités légalement requises pour la vente d’un bien. Il s’agit d’un acte passé devant un officier ministériel (notaire) définissant les droits et les obligations des parties contractantes. L’original est appelé minute et demeure entre les mains du notaire. La copie, appelée grosse, est remise à l’intéressé. L’autre possibilité contractuelle est l’acte sous seing privé.

C’est un acte directement rédigé et signé par chacune des parties ne nécessitant pas la validation d’un officier public. Cet écrit est destiné le plus souvent à rapporter la preuve de l'existence d'une situation juridique. L’alternative est l’acte notarié ou authentique.

Les appels de fonds sont spécifiques à la vente en l’état future d’achèvement. Le pourcentage maximum du prix convenu, exigible aux différents stades de la construction d’après l’état d’avancement des travaux, est fixé de la manière suivante (art. R*231-7 du Code de la construction et de l’habitation) :

  • 15 % à l’ouverture du chantier, pourcentage incluant éventuellement celui du dépôt de garantie ;
  • 25 % à l’achèvement des fondations ;
  • 40 % à l’achèvement des murs ;
  • 60 % à la mise hors d’eau ;
  • 75 % à l’achèvement des cloisons et à la mise hors d’air ; résidence aux faibles charges de gestion des parties communes
  • 95 % à l’achèvement des travaux d’équipement, de plomberie, de menuiserie et de chauffage…
Le paiement du solde se fait lors de la réception. 

L’apport personnel à un achat de bien peut-être constitué par les fonds détenus par l’emprunteur, un prêt personnel 1 % patronal, un prêt Épargne Logement, un prêt à taux 0 %, un prêt fonctionnaire à caractère social ou un prêt relais. Son montant est un paramètre déterminant du calcul du taux qui sera appliqué au crédit immobilier. Plus l’apport personnel est important, plus les conditions financières du prêt sont attractives.

Il s’agit de la somme d’argent qui accompagne une promesse titre supplétif synallagmatique d’achat d’un bien immeuble et qui sera imputée en réduction du prix du bien lors de la réalisation éventuelle de l’acte de vente.

C’est l’assurance obligatoire couvrant les risques de décès ou d’invalidité de l’emprunteur qu’exige tout établissement prêteur. Ces derniers disposent, le plus souvent, d’un contrat groupe adapté à leur offre de financement.

Sont considérés comme biens de nature immobilière, sous l’expression immeubles, aussi bien les terrains que les maisons, les appartements, les domaines, etc.

Il s’agit du contrat par lequel deux parties s’engagent réciproquement l’une à vendre, l’autre à acheter le bien immobilier à un prix déterminé. Cette promesse engage, dès sa conclusion, les deux parties. En pratique cet avant contrat permet de retarder le paiement total du prix et le transfert de propriété au moment de la signature de l’acte définitif de vente. Compromis de vente est le vocable couramment employé pour le terme promesse synallagmatique de vente.

Contenues dans un avant-contrat (promesse de vente unilatérale ou compromis de vente), celles-ci suspendent l’exécution du contrat à la réalisation d’un événement. Le contrat ne sera exécuté que lorsque l’événement prévu se réalisera. Par exemple, le contrat de vente peut être soumis à l’obtention d’un prêt, d’un permis de construire... Pour être valable, une condition suspensive ne doit pas dépendre du hasard ou de la seule volonté d’une partie.

Il s’agit d’un contrat préliminaire par lequel un vendeur s’engage à réserver à un acheteur un immeuble ou une partie d’immeuble (appartement, maison, garage). L’acheteur doit verser en contrepartie un dépôt de garantie égal au plus à 5 % de la valeur du bien immobilier.

...

Ce sont les frais engagés par le notaire pour le compte de son client (cadastre, conservatoire des hypothèques, géomètre).

Moyennant le versement d'une somme d'argent, l'acquéreur dispose de la possibilité de se délier de l'engagement d'achat pris par lui.

En accord avec la loi SRU, les acheteurs d’un bien immobilier disposent d’un délai de 7 jours pour annuler un contrat de réservation ou tout avant-contrat réalisé sous seing privé. Ne s’applique pas aux contrats définitifs. 

Le vocable frais de notaire concerne, outre les honoraires du notaire, les taxes, les frais de débours et droits d’enregistrement. Lors de l’acquisition d’un bien immobilier ou d’un terrain à bâtir, il est d’usage que le notaire du vendeur soit présent, mais l’acheteur peut également solliciter son propre notaire. Faire intervenir deux notaires ne change pas le montant des frais de notaire.

Cette formule d’acquisition permet à des personnes sans lien de parenté de partager la propriété d’un logement. Elle est répartie soit à parts égales (chacun en possède la moitié), soit de façon inégale (l’un possède 70 %, l’autre 30 % par exemple).

C’est un contrat par lequel une personne (le mandant) donne à une autre (le mandataire) le pouvoir d’accomplir en son nom un ou plusieurs actes juridiques.

L’offre de prêt est le document présentant les caractéristiques de financement qui est proposé au client de la banque (taux, durée, garantie…). Le client et les personnes caution doivent retourner l’offre après un délai légal de 10 jours minimum à compter de sa date de réception. Le prêteur doit maintenir les conditions indiquées dans l’offre de prêt pendant une durée minimale de 30 jours à compter de sa réception par le client.

Ce crédit, sans intérêt, est proposé par tous les organismes et établissements financiers ayant signé une convention avec l’État. Il concerne l’achat d’un logement neuf ou ancien sous condition de ressource de l’emprunteur.

La promesse d’achat est un avant-contrat par lequel le candidat à l’achat s’engage à acquérir un bien immobilier à un prix déterminé.

Cet avant-contrat lie le vendeur et l’acquéreur d’un bien immobilier. Il est recommandé de le faire rédiger par un notaire. Il existe deux sortes de promesses de vente :

  • la promesse unilatérale de vente qui n’engage pas l’acheteur, mais uniquement le vendeur, pendant un délai limité qui doit être clairement précisé dans le contrat ;
  • > la promesse synallagmatique de vente, appelée aussi compromis de vente, qui engage l’acquéreur au même titre que le vendeur.
Il est d’usage que l’acquéreur verse un acompte (généralement 10 % du prix de vente) pour garantir l’exécution de l’acte.

Investissement immobilier

On appelle acte authentique de vente le document rédigé selon les formalités légalement requises pour la vente d’un bien. Il s’agit d’un acte passé devant un officier ministériel (notaire) définissant les droits et les obligations des parties contractantes. L’original est appelé minute et demeure entre les mains du notaire. La copie, appelée grosse, est remise à l’intéressé. Par opposition : acte sous seing privé.

C’est un acte directement rédigé et signé par chacune des parties ne nécessitant pas la validation d’un officier public. Le terme s’oppose à acte notarié ou authentique.

Les appels de fonds sont spécifiques à la vente en l’état future d’achèvement. Le pourcentage maximum du prix convenu, exigible aux différents stades de la construction d’après l’état d’avancement des travaux, est fixé de la manière suivante (art. R*231-7 du Code de la construction et de l’habitation) :

  • 15 % à l’ouverture du chantier, pourcentage incluant éventuellement celui du dépôt de garantie ;
  • 25 % à l’achèvement des fondations ;
  • 40 % à l’achèvement des murs ;
  • 60 % à la mise hors d’eau ;
  • 75 % à l’achèvement des cloisons et à la mise hors d’air ; résidence aux faibles charges de gestion des parties communes
  • 95 % à l’achèvement des travaux d’équipement, de plomberie, de menuiserie et de chauffage…
Le paiement du solde se fait lors de la réception. 

L’apport personnel à un achat de bien peut-être constitué par les fonds détenus par l’emprunteur, un prêt personnel 1 % patronal, un prêt Épargne Logement, un prêt à taux 0 %, un prêt fonctionnaire à caractère social ou un prêt relais. Son montant est un paramètre déterminant du calcul du taux qui sera appliqué au crédit immobilier. Plus l’apport personnel est important, plus les conditions financières du prêt sont attractives.

Il s’agit de la somme d’argent qui accompagne une promesse titre supplétif synallagmatique d’achat d’un bien immeuble et qui sera imputée en réduction du prix du bien lors de la réalisation éventuelle de l’acte de vente.

C’est l’assurance obligatoire couvrant les risques de décès ou d’invalidité de l’emprunteur qu’exige tout établissement prêteur. Ces derniers disposent, le plus souvent, d’un contrat groupe adapté à leur offre de financement.

Il s’agit du contrat par lequel deux parties s’engagent réciproquement l’une à vendre, l’autre à acheter le bien immobilier à un prix déterminé. Cette promesse engage, dès sa conclusion, les deux parties. En pratique cet avant contrat permet de retarder le paiement total du prix et le transfert de propriété au moment de la signature de l’acte définitif de vente. Compromis de vente est le vocable couramment employé pour le terme promesse synallagmatique de vente.

Contenues dans un avant-contrat (promesse de vente unilatérale ou compromis de vente), celles-ci suspendent l’exécution du contrat à la réalisation d’un événement. Le contrat ne sera exécuté que lorsque l’événement prévu se réalisera. Par exemple, le contrat de vente peut être soumis à l’obtention d’un prêt, d’un permis de construire... Pour être valable, une condition suspensive ne doit pas dépendre du hasard ou de la seule volonté d’une partie.

...

Il s’agit d’un contrat préliminaire par lequel un vendeur s’engage à réserver à un acheteur un immeuble ou une partie d’immeuble (appartement, maison, garage). L’acheteur doit verser en contrepartie un dépôt de garantie égal au plus à 5 % de la valeur du bien immobilier.

Moyennant le versement d'une somme d'argent, l'acquéreur dispose de la possibilité de se délier de l'engagement d'achat pris par lui.

En accord avec la loi SRU, les acheteurs d’un bien immobilier disposent d’un délai de 7 jours pour annuler un contrat de réservation ou tout avant-contrat réalisé sous seing privé. Ne s’applique pas aux contrats définitifs. 

Le vocable frais de notaire concerne, outre les honoraires du notaire, les taxes, les frais de débours et droits d’enregistrement. Lors de l’acquisition d’un bien immobilier ou d’un terrain à bâtir, il est d’usage que le notaire du vendeur soit présent, mais l’acheteur peut également solliciter son propre notaire. Faire intervenir deux notaires ne change pas le montant des frais de notaire.

L’offre de prêt est le document présentant les caractéristiques de financement qui est proposé au client de la banque (taux, durée, garantie…). Le client et les personnes caution doivent retourner l’offre après un délai légal de 10 jours minimum à compter de sa date de réception. Le prêteur doit maintenir les conditions indiquées dans l’offre de prêt pendant une durée minimale de 30 jours à compter de sa réception par le client.

Ce crédit, sans intérêt, est proposé par tous les organismes et établissements financiers ayant signé une convention avec l’État. Il concerne l’achat d’un logement neuf ou ancien sous condition de ressource de l’emprunteur.

La promesse d’achat est un avant-contrat par lequel le candidat à l’achat s’engage à acquérir un bien immobilier à un prix déterminé.

Cet avant-contrat lie le vendeur et l’acquéreur d’un bien immobilier. Il est recommandé de le faire rédiger par un notaire. Il existe deux sortes de promesses de vente :

  • la promesse unilatérale de vente qui n’engage pas l’acheteur, mais uniquement le vendeur, pendant un délai limité qui doit être clairement précisé dans le contrat ;
  • > la promesse synallagmatique de vente, appelée aussi compromis de vente, qui engage l’acquéreur au même titre que le vendeur.
Il est d’usage que l’acquéreur verse un acompte (généralement 10 % du prix de vente) pour garantir l’exécution de l’acte.

Droit de l'immobilier

La tenue d'une assemblée générale est obligatoire au moins une fois par an. Chaque copropriétaire est convoqué individuellement par le syndic. Elle se tient généralement dans la ville où se situe l'immeuble. La participation et le déroulement de la séance obéissent à certaines règles de forme. Les décisions relatives à la copropriété y sont dans le cadre d'un vote.

Il s’agit de l’ensemble des frais nécessaires au fonctionnement d’une copropriété. Il existe deux types de charges :

  • charges générales, les dépenses réparties au prorata des millièmes détenus par chaque copropriétaire ;
  • charges spéciales, les dépenses réparties en fonction de l’usage de chaque propriétaire.

C’est la dénomination de tout immeuble bâti ou groupe d’immeubles bâtis dont la propriété est répartie entre plusieurs personnes par lots comprenant chacun une partie privative et une quotepart de partie commune.

Il est composé de copropriétaires désignés par l’Assemblée Générale et il a pour objet la conservation de l’immeuble et l’administration des parties communes. Il assiste le syndic et contrôle sa gestion.

Tout immeuble ayant moins de 5 ans depuis l’achèvement des travaux et n’ayant pas fait l’objet d’une vente (sauf à un marchand de biens).

...

Elle rend obligatoire la mention de la superficie privative des lots de copropriété dans tout avant-contrat et contrat de vente. La superficie à prendre en compte est celle des planchers des locaux clos et couverts après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d’escalier, gaines, embrasures de portes et de fenêtres. Il n’est pas tenu compte des planchers des locaux d’une hauteur inférieure à 1,80 mètre. Sont exclus de cette obligation, les caves, garages, emplacements de stationnement ainsi que les lots ou fractions de lots inférieurs à 8 m².

C’est un contrat par lequel une personne (le mandant) donne à une autre (le mandataire) le pouvoir d’accomplir en son nom un ou plusieurs actes juridiques.

Ce sont les parties d’un immeuble ou d’un terrain réservée à l’usage collectif ou à l’utilité de tous les copropriétaires.

C’est la partie d’un immeuble réservée à l’usage exclusif d’un propriétaire ou d’un locataire.

Il doit obligatoirement être établi pour tout immeuble en copropriété. Il a pour objet de fixer la destination des parties privatives comme des parties communes, de déterminer les conditions de leur jouissance et d’indiquer les règles relatives à l’administration des parties communes.

Techniques de la construction

Ce sont les larges ouvertures réalisées dans les murs pour recevoir ensuite une porte, un portail, une fenêtre… afin de permettre le passage des personnes ou de la lumière.

Le bardage est un revêtement protecteur mince, libre de l'ossature ou des murs extérieurs, qui habille un bâtiment. Il peut être composée de bois, métal, ardoise ou de matériaux composites. Il apporte une petite touche décorative aux bâtiments, mais il est aussi utile pour la protection et l'isolation thermique.

Il s’agit d’un bâtiment qui a la caractéristique de produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Les nouvelles normes de la construction tendent progressivement vers ce type d’édifices. 

Mélange homogène de sable, de gravier et de ciment utilisé pour les structures porteuses.

Matériel qui associe béton et structure métallique pour des ouvrages tels que tel que les murs, poteaux, poutres, chaînages, planchers…

Ensemble comprenant la porte, le bâti dormant (huisserie) et les pattes de scellement.

Liée au gros œuvre, la chape s’appuie sur les fondations. Cette pré-couche réalisée sur une dalle en béton, est destinée à recevoir ensuite les carrelages ou les parquets. Si cette chape n’adhère pas directement à la dalle (au moyen d’un feutre ou autre isolant plastique) on parle alors de chape flottante.

La charpente est l’un des éléments fondamentaux d’une construction. Avec la maçonnerie, elle assure la solidité de votre habitation et sa résistance aux conditions météorologiques. La charpente de toit est l’ossature de la toiture. C’est sur elle que repose la couverture de toit (composée de tuiles, d’ardoises, bacs acier, etc.). Traditionnellement en bois, elle peut également être en béton ou en métal, ces deux matériaux étant de plus en plus plébiscités.

La charpente se compose d’une ou plusieurs fermes. La ferme de charpente est une structure triangulaire, perpendiculaire aux murs de soutien. Si la toiture est composée de plusieurs fermes, celles-ci sont reliées entre elles par des pièces nommées pannes.

Les différentes pièces d’une charpente ancienne sont reliées entre elles par des chevilles en bois. Les nouvelles charpentes font plutôt appel à des sabots ou à des connecteurs de charpentes.

Ce terme désigne en général les séparations non-porteuses qui délimitent les différentes pièces d'une construction. On parle alors de cloisons distributives ou de séparations. Elles peuvent être en briquettes, parpaings, carreaux de plâtre, etc. et mesurent en principe entre 5 et 7 centimètres d'épaisseur. Mais il existe également des cloisons qui, fixées contre un mur, permettre d'améliorer l'isolation phonique et thermique. On parle alors de contre-cloisons ou cloisons de doublage.

Partie d’une construction située directement sous la toiture. Lorsqu’on ne peut l’aménager, on parle de comble perdu.

L'étude de sol donne un aperçu général des aléas géologiques qui peuvent avoir une influence sur la construction. Notamment sur les fondations, le terrassement, le drainage etc. Cette étude nous permet de plus de diminuer le coût de l'assurance dommages-ouvrages. 

Les fondations ancrent la maison au terrain. Il existe plusieurs techniques de mise en œuvre selon la nature du sol, la profondeur du niveau bas, le type et le poids de l'ouvrage. C’est l’étude des sols qui indique la nature et la portance du sol, qui détermine le type de fondations la mieux adaptée au terrain.

Une tranchée permet de réaliser des fondations profondes et hors gel sur un sol stable suffisamment résistant. La plupart du temps, une semelle en béton armé est coulée dans cette tranchée. Cette semelle répartit la charge de la maison sur une grande surface de sol stable.

Le faux plafond, appelé aussi plafond suspendu, est un plafond secondaire installé sous un plafond principal. Il est utilisé pour réduire la hauteur sous plafond ou masquer des canalisations et des câbles électriques.

Ce label qui vise à intégrer toutes les étapes de la construction à la gestion d’un bâtiment dans une démarche environnementale. Pour obtenir le label HQE il faut répondre à 7 des 14 critères d’éco-construction, d’éco-gestion et de confort des utilisateurs. Les 14 cibles de la norme HQE sont :

  • une relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement ;
  • un choix intégré des produits, systèmes et procédés de construction ;
  • un chantier à faibles nuisances ;
  • une gestion de l’énergie
  • une gestion de l’eau ;
  • une gestion des déchets d’activité ;
  • une gestion de l’entretien et de la maintenance ;
  • un confort hygrothermique ;
  • un confort acoustique ;
  • un confort visuel ;
  • un confort olfactif ;
  • une qualité sanitaire des espaces ;
  • une qualité sanitaire de l’air ;
  • une qualité sanitaire de l’eau.

L'isolation phonique (ou acoustique) a pour objectif d'atténuer ou supprimer la propagation des bruits intérieurs ou extérieurs à la maison. Elle intervient aussi dans la suppression des réverbérations des bruits intérieurs tels que les voix ou la musique. L’isolation phonique contribue ainsi au confort de vie dans une maison. Pour cela, on utilise des produits différents de ceux utilisés pour l'isolation thermique.

Il existe 3 familles de bruits :

  • les bruits aériens. Intérieurs ou extérieurs, ils passent sous les portes, par les interstices des fenêtres, des coffres de volets roulants...
  • les bruits d'impact ou solidiens. Bruits extérieurs à la pièce ou au logement, se propageant par la structure du bâtiment (chutes ou déplacements d'objets, chocs de talons, passage du métro...) ;
  • les bruits d'équipements. Chaudière, lave-linge, tuyauteries, ventilation...

L’isolation thermique joue un rôle important pour le confort intérieur et sur la consommation énergétique. En hiver, elle ralentit la fuite de la chaleur vers l’extérieur, et en été, elle rafraîchit l’habitat en limitant les apports de chaleur.

Le terme gros œuvre correspond à l'ossature d'un ouvrage, c'est-à-dire tous les éléments qui garantissent la solidité et la stabilité de la construction. Il subit des contraintes importantes : l'effort d'écrasement, l'effort fléchissant, l'effort d'arrachement de face et l'effort d'arrachement latéral. En outre, il est sujet à l'usure du temps, et peut être consolidé ultérieurement.

Il s'agit par exemple des murs porteurs, des poteaux, des planchers et de la charpente, même si l'intégration de celle-ci dans le gros œuvre fait l'objet d'un débat. Commencé dès que les fondations sont achevées, le gros œuvre est constitué de l'infrastructure (partie enterrée hors fondations) et de la superstructure (partie hors sol). Néanmoins, les fondations peuvent être réalisées par les ouvriers de gros œuvre dans le cas d'une petite superstructure (par exemple, une maison individuelle). L'ossature peut être constituée de bois, de parpaings, de briques ou de béton, selon la taille de la construction.

...

Le linteau est un élément architectural, qui sert à soutenir les matériaux du mur au-dessus d'une baie. Il peut être réalisé en bois, pierre, métal ou béton armé.

Le relevé topographique complète le bornage et permet de cartographier le terrain. Il facilitera l'implantation de la maison par rapport aux courbes niveaux, aux distances liées aux limites de propriété, aux limites de hauteur, à la servitude de passage sur le terrain, etc. Il est réalisé par un géomètre expert.

Les menuiseries extérieures sont les ouvrages de remplissage et de fermeture des baies tels que les fenêtres, portes fenêtres, portes d'entrée et volets. Elles peuvent être en bois, en PVC, en métal, en aluminium ou mixte. 

Mélange constitué de sable, de ciment (ou chaux), d’eau et parfois des adjuvants. Il est employé pour tout élément de maçonnerie type carrelage, chape, enduit…

Le refend est un mur séparatif porteur intérieur au bâtiment. Il assure le contreventement de l'édifice, c'est-à-dire qu'il participe à sa stabilité horizontale et verticale. Lorsqu'il est transversal, le mur de refend a un rôle de raidisseur. Cela signifie qu'il permet de stabiliser le bâtiment en joignant deux murs de façade. Longitudinal (c'est à dire construit dans le sens de la longueur du bâtiment), le mur de refend permet d'équilibrer les planchers.

Éléments structurels donnant sa rigidité à l’édifice tels que les poteaux, poutres, murs et la charpente.

Eléments en béton non armé, composés de granulats courants ou légers et d’un liant, de forme généralement parallélépipédique, servant à la construction des murs et des cloisons (source AFNOR).

Le polychlorure de vinyle, connu sous l’acronyme PVC est une matière plastique utilisée notamment dans la fabrication de tuyau d’évacuation d’eau ou de ventilation ainsi que pour les profilés des menuiseries.

Les raccordements sont les travaux effectués sur la parcelle pour raccorder la maison aux réseaux publics (électricité, gaz, télécommunication, eaux …).

Élément incliné vers l’extérieur situé dans la partie basse d’une porte (porte d’entrée, porte-fenêtre, porte de garage). Il évite notamment les infiltrations d’eau de pluie.

C'est l'étape qui va permettre de préparer le terrain sur lequel est projetée la construction. Cette action à pour but de donner au terrain la topographie nécessaire pour accueillir les fondations, le sous-sol (parkings, vide sanitaire…). Ce sont soit des déblais (creusements du sol pour dégager les terres) soit des remblais (apport de terre afin de combler des creux ou compenser une pente. 

Ouverture dans un plancher pour donner accès via un escalier ou faire passer des canalisations.

Le toit est la surface qui recouvre la partie supérieure d'un bâtiment pour la protéger des intempéries, en particulier les pluies. Il existe une grande variété de toits. Leur forme est souvent liée au contraintes météorologique local et et participent du style architectural d’une région. On peut ainsi retrouver des toits terrasse, des toits à un seul versant, des toits à deux versants, des toits à quatre pentes, etc.

Le plancher sur vide-sanitaire s’appuie sur les fondations de la maison. Il permet de laisser un vide entre le sol et le plancher du rez-de-chaussée. Cette technique permet de s’isoler de l’humidité du sol mais également d’obtenir un plancher stable et un vide technique pour passer les canalisations.

Le moyen le plus courant d'assurer la ventilation d’un logement est la ventilation mécanique contrôlée (obligation légale depuis 1982). Son principe pour assurer un renouvellement d'air maîtrisé et constant dans les pièces d’une habitation, consiste à :

  • apporter de l’air extérieur dans les pièces de vie sèches, comme le séjour, la chambre ou le bureau ;
  • l'évacuer là où se concentrent l'humidité et les mauvaises odeurs, soit la cuisine, la salle de bain ou les toilettes.

Le procédé de la ventilation mécanique contrôlée s'appuie sur un moteur et un caisson placés dans les combles ou en toiture, un réseau de gaines reliées aux pièces, une bouche qui règle le débit en fonction des besoins.

Les Voirie et Réseau Divers désignent la réalisation des voies d'accès ainsi que la mise en place des réseaux d'alimentation en eau, gaz, électricité et de branchement au réseaux de télécommunication, jusqu’au points de raccordement en limite du domaine public. Les VRD concernent aussi la construction des réseaux d'évacuation d'eau de pluie, ou d'eaux usées.

Le second œuvre est le terme technique qui désigne les travaux qui succèdent aux travaux de gros œuvre. Les travaux de second œuvre sont ceux qui n’ont aucune incidence sur la solidité ou sur la stabilité de la construction. Le second œuvre vise essentiellement à rendre habitable la maison en construction et contribue de ce fait à assurer une qualité de vie optimale aux résidents de la maison neuve.

Le second œuvre débute dès lors que s’achèvent les travaux de gros œuvre. Le second œuvre comprend les travaux d’isolation phonique et thermique. Il s’agit de faire en sorte que la construction neuve soit à l’abri de l’humidité, de la chaleur et du froid en toutes saisons.
La délimitation des pièces de la maison par la pose de cloisons intérieures fait également partie du second œuvre. Puis les travaux de construction des escaliers, l’installation électrique, les travaux de plomberie, l’installation du chauffage et de la climatisation, ainsi que les travaux de menuiseries intérieures…

La pose des revêtements extérieurs compte aussi parmi les travaux les travaux de second œuvre. Il s’agit en effet d’un travail de finitions qui consiste à agrémenter les murs avec des matériaux comme le bois, le PVC, la pierre ou encore l’enduit. Le choix de poser ou non un revêtement extérieur répond essentiellement à des considérations d’ordre esthétique.

Profitez des savoirs-faire et de l'expertise de notre équipe

Vous avez besoin d'un conseil, d'informations complémentaires pour
faire avancer votre projet et mesurer l'incidence de vos décisions ?